Sécurité : système de détection incendie (SDI)


Sécurité système de détection incendie SDI

Sécurité système de détection incendie SDIUn système de détection incendie (SDI) est une unité faisant partie du système de sécurité incendie (SSI) dont l’objectif est de déceler de façon aussi précoce que possible la naissance d’un feu.

Il comprend des organes de détection incendie (déclencheurs manuels, détecteurs automatiques…), des organes intermédiaires (réseaux filaires…) et un Équipement de Contrôle et de Signalisation (ECS), également dénommé « tableau de signalisation » ou « tableau de contrôle », qui alertent de toute sollicitation du système, en cas de dérangement ou d’alarme feu. Les organes sont disposés sur des boucles ou lignes, reliées à l’ECS.

Types de systèmes de détection

Le SDI est dit de type « conventionnel » lorsque la détection se fait au niveau de l’ensemble d’une boucle d’organes de détection. Il est « adressable » si, sur une même boucle, il y a identification et localisation de zones distinctes de détection composées de un ou plusieurs organe(s) de détection.

Exemple : dans un bâtiment, on considère qu’un étage est couvert par une boucle. Dans le cas d’un système conventionnel, l’ECS pourra uniquement détecter le feu à l’étage, sans plus de précision. Dans le cas d’un système adressable, si on considère que, sur la boucle, chaque pièce correspond à une zone, on pourra alors au niveau de l’ECS identifier la pièce dans laquelle l’incendie s’est déclaré.

Le SDI peut alors directement déclencher l’évacuation générale d’un bâtiment ou envoyer l’information d’alarme à un centralisateur de mise en sécurité incendie qui gérera l’évacuation et les dispositifs de sécurité (désenfumage, portes coupe-feu…).

En France, l’APSAD a rédigé une règle d’installation, d’exploitation et de maintenance, la règle R7, qui veille à l’efficacité du SDI.

Sur le plan réglementaire, la configuration de Système de Détection Incendie ou de Système de Sécurité Incendie requis est dictée par le classement du bâtiment au sein du Code de la Construction et de l’Habitat, en fonction du type d’Établissement recevant du public dont il s’agit (type L, M, N, etc.) et de sa catégorie ou capacité (1ère, 2ème, etc.) qui varie en fonction du nombre de visiteurs qu’il peut recevoir simultanément.

Principe d’une installation de détection incendie

Une installation de détection incendie a pour but de signaler à un poste central ou au personnel chargé de la sécurité de l’établissement tout événement pouvant être le signe d’un début d’incendie.

Un arrêté publié au Journal officiel du jeudi 14 mars 2013 précise les exigences auxquelles doivent répondre les détecteurs de fumée normalisés installés dans chaque logement, les conditions de leur installation, de leur entretien et de leur fonctionnement. Tout lieu d’habitation devra en effet être équipé d’un détecteur autonome avertisseur de fumée (DAAF) au plus tard le 8 mars 2015.

Installé de préférence dans la circulation ou le dégagement desservant les chambres, ce détecteur est fixé solidement en partie supérieure, à proximité du point le plus haut et à distance des autres parois ainsi que des sources de vapeur. L’occupant (le cas échéant, le propriétaire ou l’organisme exerçant les activités de gestion locative sociale) s’assure de la mise sous tension du détecteur en vérifiant que le voyant prévu à cet effet est allumé (les piles devant être remplacées lorsque le signal de défaut de batterie est émis). Par ailleurs, le détecteur de fumée doit :

  • comporter un indicateur de mise sous tension,
  • être alimenté par piles, batteries incorporées ou sur secteur (dans le cas où la batterie est remplaçable par l’utilisateur, sa durée minimale de fonctionnement est de 1 an),
  • présenter un signal visuel, mécanique ou sonore, indépendant d’une source d’alimentation, indiquant l’absence de batteries ou piles,
  • émettre un signal d’alarme d’un niveau sonore d’au moins 85 dB(A) à 3 mètres,
  • émettre un signal de défaut sonore, différent de la tonalité de l’alarme, signalant la perte de capacité d’alimentation du détecteur,
  • fournir certaines informations marquées de manière indélébile (nom ou marque et adresse du fabricant ou du fournisseur, numéro et la date de la norme à laquelle se conforme le détecteur, date de fabrication ou numéro du lot, type de batterie à utiliser, mode d’emploi pour l’installation, l’entretien et le contrôle du détecteur…).

L’arrêté détaille également en annexes les consignes de sécurité à suivre en cas d’incendie et le modèle d’attestation que l’occupant du logement doit fournir à son assureur. L’arrêté précise enfin qu’il est interdit d’installer des détecteurs de fumée dans les parties communes des immeubles collectifs d’habitation (d’autres mesures de sécurité contre l’incendie devant être mises en œuvre dans les parties communes).

Le décret concernant l’installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation a été publié au Journal officiel du 11 janvier 2011 à la suite de la loi du 9 mars 2010 visant à rendre obligatoire l’installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation.

Sécurité système de détection incendie SDI Sécurité système de détection incendie SDI


Econ-home

A propos de Econ-home

Stéphane Feuillat Gérant de la société Econ-home, votre artisan pour vos projets d'électricité, d'énergies renouvelables et de couverture.